Ein besonderer Höhepunkt in den Aktivitäten des Städtepartnerschaftsvereins Marl-Creil-Pendle sind die jährlichen gemeinsamen Reisen. Sie sollen das Gemeinschaftsgefühl stärken, neue Freundschaften knüpfen und die Besonderheiten des Gastgeberlandes präsentieren. 2012 luden die englischen Freunde nach Liverpool ein. 2013 organisierten die französischen Freunde eine Reise durch die Bretagne. 2014 begeisterte alle Beteiligten eine 9 tägige Reise durch den Norden Deutschlands. Diese Begeisterung ist in den Berichten zweier Mitreisender aus Creil zu spüren:

Un des moments phares du programme de l`association de jumelage Creil-Marl-Pendle sont les voyages communs. Ils renforcent le l`esprit d`équipe. On peut nouer de nouvelles amtitiés et présenter les particularités du pays hôte. En 2012 les amis anglais avaient offerts  un voyage à Liverpool et en  2013 les amis francais ont organisés un voyage à travers la Bretagne. En 2014 il y avait un voyage dans le nord d`Allemagne qu`était accepté avec beaucoup d`enthousiasme .Cet enthousiasme se sent  dans les rapports de deux Creilloise:

COMPTE RENDU VOYAGE VILLES HANSEATIQUES

Jeudi 2 octobre – Départ pour Marl en bus fourni par la mairie de Creil. Nous partons un jour plus tôt pour participer à la Fête Nationale Allemande.
Soirée organisée à la Mairie avec les autres villes partenaires en présence du représentant du Consulat Général de Russie : Vladimir PJATIN. Dans le discours du maire Werner ARNDT il a été question de la « soirée de l’amitié internationale » qui a été placée sous le slogan « la culture ne connaît pas de limites ». Porté par l’idée de promouvoir la compréhension entre les hommes par-delà les frontières et le temps. « Je suis persuadé qu’il est tout particulièrement important (à l’époque de la mondialisation) de passer le regard au-dessus de nos frontières et de promouvoir le dialogue interculturel. Il est important de poursuivre ensemble le chemin entamé vers la paix, la compréhension et la coopération ainsi que d’accompagner les hommes et les nations vers davantage de liberté et de démocratie. Nous avons besoin du dialogue pour trouver des solutions politiques, pas de solutions militaires. Nous devons enseigner la paix, pas la guerre ».
Il est intéressant de noter qu’un groupe de jeunes du comité de jumelage de Marl s’est créé sous l’appellation « des liens par-delà les frontières » qui veut apporter des idées nouvelles pour approfondir notre amitié.
Après différents discours nous avons apprécié la musique de Lisa PETRA, les danses folkloriques russes et turques, une danse espagnole….. et un buffet très copieux.

Vendredi 3 octobre – Volksparkfest et la traditionnelle fête de l’amitié européenne. Comme chaque année nous rencontrons des associations et les jumelages en présence de nouvelles amitiés de Pologne et de Russie nouées avec Marl.
En soirée, nous avons été invités sous une tente par les pompiers qui nous ont offert des grillades à volonté.

Samedi 4 octobre – Voilà le départ tant attendu : sur les traces de la Hanse. Départ en fanfare à 8 h 30, direction Osnabrück.
La Hanse était l’association des villes marchandes de l’Europe du Nord, autour de la Mer du Nord et de la mer baltique. Active du 12e au 17e siècle, leur déclin et quasi disparition ont été achevés en 1648 avec le traité de Westphalie signé à la fin de la guerre de 30 ans et de la guerre de 80 ans.
A l’arrivée, nous visitons la maIrie où a été négocié le traité de Westphalie, traité signé à Münster. Nous parcourons ensuite la vieille ville riche en traditions avec ses ruelles étroites et ses maisons à colombage qui a été détruite à 40 % pendant la guerre. Nous passons près de l’église Sainte-Catherine et nous avons aussi un aperçu de la cathédrale Notre-Dame et de son extraordinaire cloître.

Notre balade se termine dans un restaurant historique : Rampendahl. L’après-midi est consacrté au musée Nussbaum reconnu comme peintre de la destinée juive.  Son œuvre représentant l’art juiif, peintre qui a été victime de diffamation en tant que Juif. Il est mort dans le camp de concentration d’Auschwitz. L’architecte du musée est Daniel Liebesliebeskind qui a réalisé une construction originale. A Osnabrück Heinrich Maria Remarque (« à l’ouest rien de nouveau »). Tous les 2 ans la ville décerne le prix de la paix. Osnabrück est « friedenstadt » (ville de la paix).
Nous arrivons à l’hôtel dans la « Lüneburger Heide » « Zur grünen Eiche » à Behringen où nous passerons tout notre séjour. Pour ce 1er soir le menu excellent nous est servi à table. L’hôtel est très confortable et spacieux.

Dimanche 5 octobre – Départ pour Hambourg. Nous faisons un tour de ville en bus. Hambourg est une ville et un des 16 länders composant l’Allemagne. Située au nord du pays près de l’embouchure de l’Elbe et à proximité de la mer du Nord. C’est la 2e plus grande ville d’Allemagne après Berlin et le 1er port du pays. Elle compte 3 millions 500 d’habitants et elle est membre fondateur de la ligue hanséatique. Le code de la ville est sur les plaques d’immatriculation HH (Hanssestadt Hamburg) et le nom officiel « ville libre et hanséatique de Hambourg ». On compte 180 nationalités. Le tourisme y est très actif : nombreux théâtres, musées, une rivière Alster qui forme un lac artificiel au cœur de la ville. Hambourg a aussi son quartier pour la vie nocturne : « Sankt Pauli » et sa « Reeperbahn ».
Nous nous arrêtons devant la Mairie, puis devant la cathédrale Saint-Michel construite de 1751 à 1762. Elle est l’église la plus baroque de l’Allemagne du Nord et possède le plus haut clocher d’Allemagne. Le « Michel » est l’emblème de la ville.
Nous assistons à un concert d’orgue. L’église est magnifiquement décorée car c’est la fête de la moisson.
Nous déjeunons au restaurant : Warsteiner Elbspeicher ». Certains d’entre nous regagnent ensuite l’embarcadère à pied, d’autres prennent le car à partir du restaurant. Entre 16 h et 18 h nous visitons en bateau les anciens entrepôts du port « Speicherstadt » (ville des céréales). Le port d’Hambourg est situé sur l’Elbe. 70 km de quais ; 40 000 emplois ; situé à 120 km de la mer il accueille de gros porte-containers internationaux. Puis retour à l’hôtel

Lundi 6 octobre – « Dans alte Land et Jork » C’est une région de marais asséchés entre la Basse Saxe et Hambourg. Nous visitons la ferme (pommes) et nous prenons le repas de midi « Herzopfelhof Lühs ». Visite à travers Jork avec une guide en costume traditionnel. C’est une ville située au sud-ouest de Hambourg, sur l’Elbe. Elle est entourée de vergers ainsi que de fruits de saison : cerises, prunes, poires et pommes. Nous admirons les maisons à colombages. Certaines ont pignon sur rue, mais l’entrée est dans la rue adjacente. Visite de la mairie et du « banc des mariés » où leurs noms sont gravés. Le prix en est de 800 €uros (les mariés s’y mettent donc à plusieurs). Récital d’orgue dans l’église Mattias Kirche à Jork. Sur la route du retour nous nous trouvons nez à nez avec des barrières amovibles. Heureusement que nous avions dans le bus des hommes vaillants et performants. Retour à l’hôtel.

Mardi 7 octobre – Lünebourg. Cette ville est située dans le land de Basse Saxe. 70 000 habitants en 2003. C’est grâce à son sel extrait dans plusieurs fabriques des environs que Lübek doit sa richesse de ville hanséatique ; Lünebourg a été occupée par Napoléon de 1807 à 1810 dans le royaume de Westphalie rattaché à la France jusqu’en 1814 puis est revenu dans le royaume de Hanovre lors de l’effondrement du premier empire.
Nous avons une visite guidée sur la place du marché et de l’Hôtel de Ville constituée d’éléments de différentes époques (du 13e au 18e siècle). Nous entrons par le portail gothique am ochsenmarkt. La vieille ville est marquée par l’architecture traditionnelle en briques. La tour de l’église St Jean est- volontairement inclinée à cause des vents violents. L’église a été souvent remaniée, l’actuelle date du 14e siècle.
En fin d’après-midi nous faisons une balade dans la « Lüneburger Heide » où poussent 130 espèces de fougères de couleurs différentes. Un petit observatoire nous permet d’avoir une vue d’ensemble.

Mercredi 8 octobre – Lübeck
C’est une ville hanséatique d’Allemagne du Nord, dans le Land de Schleswig-Holstein. Avec une population de 214 000 habitants, c’est la 2e ville de la région après Kiel la capitale du Land. Son code de plaque est HL. La ville fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO notamment pour son architecture de briques rouges. Grâce à sa situation géographique elle devient favorable au commerce maritime et capitale de la ligue hanséatique au 14e siècle. Elle domine la majeure partie du commerce sur la Baltique. Visite guidée de la ville. Photo de groupe devant la « Holstentor » (grande porte) située sur une petite île : porte fortifiée aux énormes tours jumelles, elle fut érigée entre 1469 et 1478. Davantage comme un édifice de prestique qu’ouvrage de défense. Le centre ville est un petit quartier qui se situe entre la Trave et le Wa Kenitz. Nous franchissons un pont qui nous permet d’accéder aux anciennes fortifications de la ville. Dans ces vieilles ruelles habitent les commerçants, les artisans et de l’autre côté les capitaines de navire beaucoup plus riches. L’église Ste Marie est l’une des plus belles églises gothiques de briques d’Allemagne. Les flèches de 125 m de haut furent achevées en 1850. Deux cloches restent à l’endroit de leur chute, dans l’église, lors du bombardement. Elle est le symbole de la ville. Dans la Mengstrβe. La Volksbank occupe la maison baroque « Buddenbrook », célèbre par le roman de Thomas Mann (1875-1955) qui y naquit. Repas à la « Schiffer Gesellschaft » restaurant historique (maison de la corporation des marins). L’intérieur comprend des lustres de cuivre, lanternes et modèles de bateaux suspendus à la charpente. Après-midi libre : ne pas oublier d’entrer la boutique « Niederegger » pour acheter le lübecher marzipan : c’est un massepain spécialité de Lübeck. Un produit de luxe selon le pourcentage de pâte d’amande (70 % au moins + sucre) qui a obtenu le label de qualité. Au retour le patron de l’hôtel nous offre un verre et des gâteaux. Nous avons droit à un concert moderne qui a même encouragé certains et certaines  à danser. Il ne nous reste plus qu’à faire nos valises.

Jeudi 9 octobre – Visite guidée de Brême. C’est une ville hanséatique de 550 000 habitants du nord-ouest de l’Allemagne. C’est une ville portuaire située le long du fleuve Weser à environ 60 km au sud de son estuaire en mer du Nord. Brême constitue l’une des deux villes enclavées dans le Land de Basse Saxe appartenant à celui de Brême. « Ville Hanséatique libre de Brême » nom officiel qui rappelle l’adhésion de la ville à la ligue hanséatique, l’autre étant Bremer Haven. Visite guidée de la vieille ville. La place du marché est dominée par la grande façade de l’Hôtel de Ville érigée de 1405 à 1410 en style gothique. Sur la place se trouve l’imposante statue de Roland, protecteur de la ville qui porte Durandal (l’pée de justice) et un bouclier orné d’un aigle impérial en symbole de l’émancipation des brêmois face à l’évêque. Sur le côté de la place, la statue des animaux musiciens de Brême rend hommage aux contes des frères Grimm ; Elle a été érigée en 1950 et représente l’âne, le chien, le chat et le coq les uns sur les autres.
Cet ensemble a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. A l’est de la place l’impressionnante cathédrale St Pierre du 13e siècle comprend des sculptures représentant Moïse, David, St-Pierre, St Paul et Charlemagne. Nous prenons la Böttcherstraβ longue de 110 mètres. C’est une des rues les plus populaire de Brême. Au bout de la Böttcherstraβ se situe l’église St Martin, une église gothique de briques construite en 1229 et reconstruite en 1960 après sa destruction au cours de la 2ne guerre mondiale.
Nous nous promenons dans le quartier Schnoor, petit quartier constitué de sinueuses ruelles très animées : cafés, échoppes d’artisans, galeries d’art. Certains d’entre nous y ont pris leur repas, d’autres ont déjeuné à la Ratskeller, restaurant au décor original, d’énormes tonneaux de vin. Les vins y sont exclusivement allemands.
Après-midi, temps libre. Nous en profitons pour visiter plus amplement la ville, faire une balade lelong de la Weser, acheter les cadeaux souvenirs !!!
C’est la fin de notre périple en Allemagne du Nord à travers les belles villes hanséatiques.
Le car nous attend pour regagner Marl.

 Merci à Claudia notre conductrice extrêmement sympathique et serviable. Un dîner prévu avec nos amis allemands, anglais et français dans la « maison de la paix » à Marl. Nous assistons à la remise des cadeaux aux personnes qui ont organisé ce voyage et traduit en français ou en anglais les visites guidées.
Un grand merci à tous.

Vendredi 10 octobre – Retour sur Creil sans problème. Merci à M. Henocq qui nous a ramenés à bon port ! Nous avons egayé notre voyage de chants populaires.
Marcell Colledani

Reisebericht Hansetour Oktober 2014
COMPTE RENDU VOYAGE VILLES HANSEATIQUES

Hansetour1

Ce titre de l’aller s’est transformé pour moi au retour en « SpeicherReise ». Speicher en allemand signifie « grenier » notamment pour les greniers à sel de Lübeck, ce sel contenu dans le sous-sol de Lüneburg et amené par bateau jusqu’à Lübeck. Mais Speicher veut dire aussi en informatique « la Mémoire ».
Pendant neuf jours nous avons découvert, photographié, noté tout ce que nous visitions dans cette région inconnue : Osnabrück, Jork, Lüneburg, Lübeck et Brême.
Pendant ce temps, en parallèle, je relisais « Pelures d’oignon », ce livre où Günter Grass essaie de faire remonter ses souvenirs, de sa jeunesse et de son âge adulte à travers le nazisme, la fin de la guerre et la suite.
Oui notre mémoire est sélective et capricieuse, tantôt serviable tantôt rétive.
Chaque jour nous apportait des connaissances nouvelles, avec des personnes rencontrées à chaque halte. Je prenais des notes, photographiais mais sans faire l’effort de retenir, d’autant que mes moments de lecture me déconnectaient du présent.
Lors du voyage de retour j’ai choisi d’écrire ce dont je me souvenais sans l’aide des notes prises ni des photos, ni avec l’aide des autres voyageurs.
La première difficulté fut de mettre dans l’ordre chronologique deux journées : lundi ou mardi pour la lande de Jork et Steinkirche d’une part et pour Lüneburg d’autre part. Je recherchais dans chacune de ces journées ce qui pouvait m’aider  et j’ai retrouvé grâce à ce circuit du sel qui allait de Lüneburg à Lübeck en 4 semaines pour une vingtaine de kilomètres. Donc Lüneburg était la deuxième journée, c’est-à-dire le mardi.
J’ai oublié le repas pris à la Schiffgesellschaft de Lübeck tout comme j’avais eu un trou noir qui correspondait au repas au Rampendahl d’Osnabrück. A croire que  les moments  de repas furent pour moi  des moments de manque d’attention, l’activité se bornant à satisfaire mon estomac (bonnes soupes bien riches, porc fondant, chou rouge caramélisé ….)
Mes autres oublis : les prénoms des guides qui nous ont expliqué l’histoire de la Hanse, la naissance de Eric Maria Remarque (A l’ouest rien de nouveau) à Osnabrück, la statue de Heinrich Heine devant le Rathaus d’Hambourg, les concerts d’orgue à Hambourg (église décorée des produits des récoltes) et à Jork où une jeune musicienne nous a comblés sous le ciel étoilé des voutes de la petite église luthérienne.
J’ai aussi oublié le livre de chants religieux traduit en français, anglais, polonais, tchèque pour au moins un des chants.
La grue ancienne à Lüneburg qui servait à remplir les bateaux du sel trouvé jusqu’à 5000 m sous terre dans la nappe phréatique qui avait été découverte grâce à un sanglier fureteur revenu les poils pleins de sel. Le mécanisme intérieur de la grue comportait un grand danger pour ceux qui la faisaient fonctionner à cause des deux grandes roues qui ne devaient pas s’emballer en sens inverse.
Et le suicide d’Heinrich Himmler le 23 mai 1945 à Lüneburg
Et en plus de tout ça j’avais complètement gommé la journée passée dans le parc de Marl à l’occasion de la fête nationale de la Réunification le 3 octobre de chaque année. C’est là que j’ai retrouvé les Creillois qui nous avaient précédés ainsi que le maire de Creil, devant une troupe de musiciens hongrois.
Mon oubli de dernière minute fut celui de notre appareil photo chez nos amis Annette et Johannes. Il me faudra attendre pour mettre en images ce que je vais pouvoir écrire.

Alors qu’ai-je noté de mémoire ?
Départ gare du Nord par le train qui nous mène à Essen, nos amis nous attendent. Les autres Creillois sont arrivés avant nous par le minibus de la ville.
Vendredi 3 octobre,MARL, nous allons à cette fête dont j’ai parlé avant et nous longeons les différents stands, d’alimentation, de réalisations artistiques, de motos, de partis politiques : CDU, Verts, SPD, die LINKE. Au stand du comité de jumelage nous retrouvons d’autres participants dont notre ami Bernd qui ne pourra malheureusement pas faire partie du voyage.
Le soir un repas sous tente est organisé par les pompiers, l’allemand, l’anglais, le français se mélangent et font un ronron général agréable.

Samedi 4 : Osnabrück, nous arrivons par un soleil d’automne éclatant. Que la place du Rathaus est belle ! Nous découvrons que cette ville est jumelée avec notre ville natale : Angers. Dans la grande salle dite « Salle de la Paix » une guide un peu comédienne nous explique la concrétisation du traité de Westphalie, obtenu au bout de cinq ans de négociations ! Pour plus de détails consulter Wikipédia ! La guide nous montre les belles maisons aux frontons richement décorés et parfois humoristiquement comme cette scène où un cochon debout contemple le couteau qui va sans doute permettre sa transformation en quelque chose de consommable ! Les maisons sont en pierre en raison des incendies qui avaient dévasté la ville y compris les maisons où était travaillé le lin.
La cathédrale avec une petite tour et une plus grosse nous a été aussi expliquée historiquement et elle était bordée d’une place où les sculpteurs sur pierre réalisaient leurs œuvres devant les passants (je pensais alors à la période où Günter Grass travaillait chez un fabriquant de pierres tombales dans la région de Düsseldorf).
Le soir arrivée à notre hôtel « Zur grünen Eiche » = au chêne vert.

Dimanche 5 : Hambourg, ce port du nord me faisait rêver ou plutôt m’intriguait. C’est de là qu’en 1846 était partie une femme d’une cinquantaine d’années (Ida Pfeiffer ?), seule, pour faire le tour du monde. En fait je me suis sentie écrasée, toute petite au milieu de ces énormes bâtiments, docks ou bien immeubles de commerce ou d’habitation que nous avons côtoyés au cours de notre promenade en bateau touristique de la compagnie Ehlers. En retrait du port, des quartiers riches au milieu de parcs devenus publics, des lacs, mais aussi des quartiers plus simples où les bars à filles côtoient les clochards mais aussi une grande image du pape auprès d’un centre religieux.
Dans le restaurant, dégustation de trois poissons mais aussi de « Kümmel » ce schnaps à base de fenouil. Marche à pied le long des quais, la criée transformée en halle, les vieux remparts au long du port où je trouve une carte postale pour notre professeur d’allemand à Creil.
Le port en fait est très loin de la  mer, 60 kms ? Mais les vagues sont assez marquées nous donnant l’illusion qu’elle est plus proche.

Lundi 6 :
Heide signifie à la fois la lande et la bruyère.
Dans le car j’attendais de traverser l’Elbe, ce fleuve qui vient de loin, passant par Prague notamment. Mais nous sommes restés à l’ouest et il me faudra attendre pour le franchir.
Cependant nous avons une explication sur les digues qui sont élevées au bord du fleuve qui va se jeter dans l’Elbe. Ce territoire a été protégé des crues par les Hollandais qui ont creusé des canaux éloignés chacun de 16 m,  tapissant cette terre pour la rendre cultivable de façon sûre. Les deux villes que nous visitons sont Steinkirche avec son moine sculpté devant l’église luthérienne, et Jork dont dépend la ferme productrice de pommes « Herzapfelhof ». Dans ces deux villes les guides, homme et femme, portent le costume traditionnel.

Mardi 7 : Lüneburg. Nous sommes encore à l’ouest de l’Elbe, une dame, petite, souriante, aux yeux clairs impressionnants, nous accueille et nous guide : la maison « enceinte » construite avec du gypse qui travaille, le carillon de cloches en porcelaine de Meissen, les décors de porte en « Tau »= forme de corde, les médaillons inclinés moins agressifs, les maisons des palefreniers, l’église Saint-Nicolaî avec ses hauts piliers en brique, son plafond imitant des étoiles de pierre, ses tableaux où le fond représente la ville de Lüneburg, ses statues d’Eve, d’Adam mais aussi du diable tout noir. Deux vitraux remarquables par la représentation de taches de sang au-dessus de pierres ou de murs en désordre : les vitraux de Schreiter.
Là il pleut averse, nous rentrons à l’intérieur de la vieille grue, puis nous nous réfugions dans une pizzéria. Là, bizarre, des médaillons  du chemin de croix du Christ encadrent une réserve de bouteilles de vin. D’où viennent des médaillons ? Un cadeau nous répond le serveur.
Retour à l’hôtel, comme il pleut certains décident d’arrêter là leur visite. Les autres acceptent de continuer pour aller voir le « Heidegarten » c’est-à-dire le jardin de bruyères. Magnifique ! Les photos vont pouvoir montrer toutes les variétés de couleur des bruyères. Le soleil est réapparu, nous sommes tous ravis. Et maintenant allons voir les moutons ! Mais là il n’y a que trois moutons rouges indiquant la place où doivent être ces animaux. A part l’étable (ou la moutonnerie ? comment dit-on pour les moutons ?) et l’odeur pas de trace d’ovins. Nous remontons dans le bus et là exclamation générale « Les voilà ! ». De loin un troupeau, nous les avons vus !

Mercredi 8 : Lübeck.
Cette fois-ci nous passons au-dessus de l’Elbe.
Cette ville restera pour moi la ville de Thomas Mann et de Günter Grass. Mais c’est aussi celle des docks à sel, de la tour à briques noires vernies qui penche, de la Marienkirche cette immense église qui fut détruite en grande partie par les Anglais en 1942 et magnifiquement reconstruite avec des voûtes en étoiles, de jolies peintures de fleurs le long des colonnades. Des photos montrent l’horreur des destructions, les cloches ont été laissées à terre en souvenir de cette période. La place du marché, l’intérieur de l’Hôtel de Ville avec les arcades en brique noire vernie, les ouvriers qui disposent les petits pavés sur les trottoirs.
La maison de la famille Mann et à l’office du tourisme deux statuettes de G Grass.

Jeudi 9 : Brême.
Je ne me souvenais plus du conte des frères Grimm « les animaux musiciens de Brême », nous allons les voir en statue près du Rathaus : l’âne qui porte le chien qui porte le chat qui lui-même porte le coq. Des petits livres illustrés nous racontent l’histoire mais il faudrait lire le conte écrit par ces deux collectionneurs de contes allemands. En attendant certains se contentent de faire un vœu en empoignant les deux pattes de l’âne.
Roland, le neveu de Charlemagne, avec sa fidèle épée Durandal, est là. Mais que fait-il loin de Ronceveaux ?  Peu importe : les ménagères qui venaient acheter du tissu au marché pouvaient grâce aux genoux de Roland vérifier si la mesure était bonne. Sur les photos nous pourrons voir les deux pointes sortant de ses genoux, distantes de 56 cms.
Repas dans la cave du Rathaus, visite des petites rues anciennes, parfois très étroites, carillon sonnant midi, puis retour au bus le long de la Weser.
Le soir à Marl dîner d’adieu dans la Maison de la Paix (ancienne chapelle près d’un cimetière où maintenant sont dressées quatre guillotines qui font une grande impression quand comme nous nous arrivons à la nuit tombée !)
Repas amical avec quelques mots du maire de Marl et distribution d’un petit poème sur l’amitié et l’immortalité par une accueillante de cette ville amie.

Vendredi 10 :
Photo de groupe, auf Wiedersehen, nous confions notre destin au chauffeur de bus de Creil qui nous ramène sains et saufs devant la mairie.

Tout était très bien, merci aux organisateurs et aux co-voyageurs !
Yvette.

Hansetour3

Impressum